Tout savoir sur la communication commerciale des entrepreneurs…

Cliquer ici
Démarcher de nouveaux clients, promouvoir une offre spéciale, organiser une opération de fidélisation… 

 

Aujourd’hui, pour structurer leur communication commerciale, les dirigeants de TPE se tournent d’abord vers les technologies digitales. Sans pour autant délaisser les supports plus traditionnels…

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Juillet 2018

 

Observatoire de la petite entreprise n° 69

FCGA – Banque Populaire

L’enquête inédite menée par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) décrypte la manière dont les commerçants, les artisans et les prestataires indépendants organisent leur communication commerciale.

Premier enseignement : le digital arrive en tête des médias préférés des dirigeants des TPE. 45,50 % des dirigeants de TPE déclarent être « satisfaits ou très satisfaits » des retombées commerciales générées par les outils numériques. Présence sur les réseaux sociaux, campagnes d’e-mailing, publicité en ligne, animation d’un blog, édition d’une newsletter… : les entrepreneurs individuels plébiscitent la communication digitale et la considèrent comme LA solution la mieux adaptée à leurs besoins spécifiques.

En comparaison, les supports traditionnels comme le mailing adressé (18,63 %) ou non (10,69 %), la prospection téléphonique (7,63 %) ou la presse locale (14,81 %) ne recueillent que peu d’avis favorables (« satisfaisant ou très satisfaisant ») sans pour autant être entièrement délaissés par les chefs de petites entreprises.

Priorité aux actions menées dans le point de vente

Outils de PLV, supports visuels, campagnes d’affichage, aménagement des vitrines… Une majorité (41,22 %) d’artisans et de commerçants privilégient les actions menées directement dans le point de vente.

Dans une proportion légèrement inférieure (38,16 %), ils préfèrent organiser des événements pour promouvoir leurs offres commerciales. Il s’agit le plus souvent d’animations proposées en magasin : séance de dégustation, jeu-concours, exposition thématique… Les opérations tarifaires (déstockage, un offert pour un acheté, réductions ciblées…) séduisent quant à elles un bon tiers des professionnels sondés (34,49 %). Beaucoup moins populaires (28,2 %), les actions collectives restent relativement rares.

Une minorité d’entrepreneurs communicants…

Plus préoccupant : seul un gros tiers des dirigeants de TPE interrogés déclare avoir engagé au moins une action de communication au cours des deux dernières années. Trop souvent considérée comme aléatoire, peu rentable ou trop complexe, la communication est boudée par près de 60 % des chefs d’entreprise questionnés.

La ventilation des réponses par secteurs professionnels révèle cependant une réalité plus nuancée : plus d’un commerçant sur deux a communiqué récemment dans l’équipement de la maison (55,6 %), la santé ou encore l’équipement de la personne (54,8 % ex-aequo) ; tandis que seulement un large quart des artisans du bâtiment (28,2 %) avait pris une initiative identique dans le même temps.

… et une majorité de dirigeants sceptiques et attentistes!

Lorsque l’on demande aux dirigeants de petites entreprises « non communicants » (ceux qui n’ont entrepris aucune opération de communication au cours des deux dernières années) s’ils envisagent de le faire à l’avenir, ils répondent massivement par la négative : plus de 85 % d’entre eux déclarent ne pas avoir prévu de communiquer dans le futur.

Parmi la minorité de ceux qui répondent « oui » (14,6 %), les professionnels des instituts de beauté (13,4 %) et de la vente-réparation automobile (11,5 %) sont les plus motivés. A l’inverse, les entrepreneurs du secteur de la santé et ceux de l’équipement de la personne sont les plus réfractaires à la communication (4,7 % dans les deux cas).

Avis d’expert…

Nicolas CARON

Directeur associé du cabinet Halifax Consulting, auteur de nombreux ouvrages *

« C’est dans la durée que l’investissement devient rentable. Donc la clé d’une bonne communication est de la programmer sur la durée en cohérence avec ses objectifs de développement. Il faut être capable de décider d’un budget annuel et de s’y tenir sans le remettre en cause au gré des aléas de l’activité ».

 

* Le dernier en date « Lève-toi et vends !» est disponible sur Internet.

La Fédération des centres de gestion agréés en bref…

  • Près de 300 000 petites entreprises (TPE) et 100 Centres de Gestion Agréés (CGA)
  • 92 % des entreprises nationales ont moins de 10 salariés
  • 50 % des TPE imposées au BIC sont adhérentes à un CGA
  • Grâce à l’adhésion à un CGA, le revenu imposable de l’entreprise n’est pas majoré de 25 % !

 

Les CGA, structures associatives de proximité, constituent un pôle remarquable de conseils collectifs : aide à la gestion, formation et prévention fiscale. Les TPE bénéficient d’une offre pédagogique attractive (les CGA sont parmi les premiers centres formateurs de la petite entreprise avec plusieurs centaines de milliers d’heures annuelles de formation).

La FCGA forme un réseau d’information et d’assistance aux TPE présent sur l’ensemble du territoire national et capitalise une expertise économique et sociale reconnue de la petite entreprise.

Elle dispose d’outils d’observation et d’analyse particulièrement fiables qui alimentent régulièrement une base de données statistiques très performante.

 

Contact presse :   FCGA – Guylaine Bourdouleix – 01 42 67 80 62 – gbourdouleix@fcga.fr

     

 


Scroll To Top